En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et des offres adaptés à vos centres d’intérêt et mesurer la fréquentation de nos services. Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Accueil > Se déplacer > Vie du Réseau > RATP Scope, au cœur de l’expérience transport

Construire la ville de demain

Le groupe RATP n’est pas simplement un acteur du transport public urbain. Il a un savoir-faire unique de gestion d’un système de transport intégré à l’échelle d’une métropole mondiale. Il a l’ambition de contribuer à la ville intelligente et à la mobilité durable. En modernisant son patrimoine immobilier, et en particulier ses bâtiments industriels encore largement situés en centre-ville, il construit lui-même des îlots de quartier qui lui permettent de donner corps à sa vision de la ville de demain.

Temps de lecture : 3 minutes
Chapitre 1

Un patrimoine immobilier unique en Île-de-France

La RATP est l’un des plus importants propriétaires fonciers en Île-de-France. Son patrimoine global est de 750 hectares, soit une surface légèrement supérieure à la totalité du 13e arrondissement. Il se décompose en 500 ha de voies ferrées, 150 ha de bâtiments industriels – ateliers de maintenance, centres bus, gares routières, et 100 ha de bâtiments tertiaires ou sociaux. Il intègre également des milliers de logements sociaux permettant aux employés de la RATP éligibles de vivre à proximité de leur lieu de travail.

 

Ce patrimoine a pour particularité d’être encore largement situé dans Paris, où la RATP est l’un des derniers opérateurs industriels présents. Il s’agit d’une nécessité fonctionnelle : en disposant d’infrastructures au cœur de la capitale, la RATP peut garantir un service efficace aux voyageurs. Aujourd’hui le patrimoine immobilier dédié spécifiquement à l’exploitation se compose de 25 centres bus, ainsi que d’une vingtaine d’ateliers, de sites de maintenance et de remisage pour chacune des lignes de métro, RER et tramway et de plusieurs parcs à voies.

 

Ces bâtiments doivent régulièrement évoluer pour s’adapter aux conditions du service. Par exemple, la plupart des sites des centres bus sont en activité depuis la fin du XIXe siècle ou le début du XXe siècle. A l’origine, certains ont été conçus pour des omnibus à traction hippomobile. Mais à l’horizon 2025, ils devront accueillir un nombre croissant de bus, utilisant exclusivement des motorisations électriques ou au gaz naturel. Ils doivent également s’adapter aux normes, notamment environnementales, en vigueur. La RATP s’est d’ailleurs engagée à réduire de 50% la consommation d’énergie de ses bâtiments tertiaires et industriels d’ici 2025.

 

La gestion de ce patrimoine et de son évolution représente un budget annuel de 500 millions d’euros hors amortissement. Pour l’adapter aux besoins croissants de l’exploitation et le moderniser, la RATP, qui ne dispose plus de friches constructibles, doit mener des opérations de restructuration des bâtiments existants. Cela demande une expertise très particulière d’insertion urbaine, qui s’est transformée en une véritable politique de valorisation immobilière.

filiales

Chapitre 2

La politique de valorisation immobilière de la RATP

Pour faire face aux enjeux de restructuration et de modernisation de son patrimoine industriel et en assurer le financement, la RATP a mis en place, depuis 25 ans une politique inédite et exemplaire de valorisation immobilière. Rémi Feredj, directeur du département Valorisation immobilière, Achats et Logistique, nous en détaille les grands principes.

La RATP s’engage pour inventer la ville de demain

 

Chapitre 3

Des projets au cœur de la ville

La politique de valorisation immobilière de la RATP s’est concrétisée par la mise en œuvre de nombreux projets ces 25 dernières années. Ils ont par exemple permis la restructuration de 10,5 hectares occupés par des sites industriels à l’intérieur de Paris, ainsi que la création de plus de 2 800 logements en Ile de France, dont 1 450 logements sociaux, et des équipements publics (3 crèches, 3 équipements sportifs, 2 écoles, des commerces, des espaces verts, etc) qui ont participé à la transformation de quartiers.

Une dizaine de projets sont actuellement en cours de réalisation. Ils offriront notamment d’ici 2024,  plus de 2 100 logements sociaux et de 1 100 logements en accession à la propriété dans toute l’Île-de-France.

 

0

COMMENTAIRES